Le niveau de sécurité actuel ne vous permet pas de naviguer correctement sur notre site. Nous vous invitons à modifier les paramètres de votre navigateur avant de continuer.

LE MANDARIN MERVEILLEUX - BARTOK

Musique classique
Le à 20h30  -  PHILHARMONIE DE PARIS  -  PARIS 19

INFORMATION

Concert symphonique ------------------------- LE MANDARIN MERVEILLEUX Béla Bartók Le Mandarin merveilleux (suite) Choeurs d’enfants a capella Vingt-sept Choeurs avec accompagnement d’orchestre Sz. 103 Concerto pour orchestre ...

Plus d'informations sur LE MANDARIN MERVEILLEUX - BARTOK

Concert symphonique
-------------------------
LE MANDARIN MERVEILLEUX

Béla Bartók
Le Mandarin merveilleux (suite)
Choeurs d’enfants a capella
Vingt-sept Choeurs avec accompagnement d’orchestre Sz. 103
Concerto pour orchestre

Budapest Festival Orchestra

Choeur de femmes Pro Musica de Nyiregyhaza
Choeur d'enfants Cantemus de Nyiregyhaza

Iván Fischer, direction


Dans ce premier volet de leur diptyque Béla Bartók, Iván Fischer et le Budapest Festival Orchestra s’attaquent à deux sommets du compositeur hongrois : Le Mandarin merveilleux et le révolutionnaire Concerto pour orchestre.

L’œuvre scénique de Béla Bartók est, disons-le, assez limitée. Trois œuvres en tout et pour tout : outre son opéra bien connu Le Château de Barbe-Bleue, il compose deux balletsn Le Prince de bois (1914-1916) et Le Mandarin merveilleux (1919-1926). S’appuyant sur un livret de Menyhért Lengyel d’après un conte chinois, ce dernier fait scandale dès sa création à Cologne le 27 novembre 1926 — il sera d’ailleurs interdit en Hongrie, ce qui poussera Bartók à en tirer une suite pour orchestre. Pour les censeurs de l’époque, non seulement le sujet est chargé d’érotisme, mais son traitement par le compositeur, qui rappelle à bien des égards Le Sacre du printemps, est plus que suggestif. L’histoire est celle d’une fille perdue, que trois petits malfrats poussent à séduire le chaland pour mieux le dépouiller. L’une de leurs victimes, le fameux Mandarin, s’amourache jusqu’à s’y perdre, corps et âme. Ce parfum tragique se dissipera en partie avec le Concerto pour orchestre. Pourtant, lorsqu’il le compose en 1943, Bartók est exilé aux États-Unis, il vit dans le dénuement et est déjà très affaibli par la leucémie qui l’emportera. Cela ne l’empêche pas d’accoucher d’une œuvre qui évoque, selon lui, « le passage progressif de l’austérité […] et du chant funèbre […] à l’affirmation de la vie ».

PRESENTATION DE LA PHILHARMONIE DE PARIS

Inscriptions aux alertes de LE MANDARIN MERVEILLEUX - BARTOK

L'inscription aux alertes vous permet d'être informé dès qu'une nouvelle manifestation est disponible pour un artiste ou un club de sport. Vous pouvez également être informé de toute l'actualité d'une salle.
En savoir plus

Ces artistes ou clubs de sport ne font pas partie de vos alertes :

Ces salles ne font pas partie de vos alertes :

Ajouter

PUBLICITE

Partenaire vidéo

PUBLICITE